Bookmarks

Radiothérapie

Les patient(e)s qui subissent une tumorectomie pour un carcinome canalaire in situ (CCIS) ou un carcinome lobulaire in situ (CLIS) avec caractéristiques pléomorphiques nécessitent une radiothérapie postopératoire sur tout le sein pour réduire les risques de récidive.

On parle de récidive locale quand le CCIS ou le CLIS avec caractéristiques pléomorphiques réapparaît dans le sein sous forme d’un autre CCIS ou CLIS, ou d’un cancer infiltrant.

Les personnes ayant subi une mastectomie avec ou sans reconstruction ne nécessitent pas de radiothérapie.

La radiothérapie est un traitement localisé contre le cancer qui vise à endommager l’ADN afin de tuer les cellules cancéreuses et de réduire la taille des tumeurs. Contrairement à la chimiothérapie, la radiothérapie n’est pas systémique, c’est-à-dire qu’elle n’agit pas sur tout le corps. Les traitements de radiothérapie ne sont pas douloureux; ils s’apparentent à la radiographie. La forme la plus courante de radiothérapie (par photons) est la même que celle utilisée pour les radiographies, mais les doses de rayonnements sont plus élevées et ceux-ci sont concentrés sur la zone à traiter. Généralement, le traitement de radiothérapie est effectué chaque jour pendant quatre à six semaines, et débute de quatre à huit semaines après une chimiothérapie ou une chirurgie. Le traitement dure environ 15 minutes une fois le(la) patient(e) installé(e) sur la table de radiothérapie.

Pour que les traitements de radiothérapie soient effectués avec exactitude, le(la) patient(e) doit être positionné(e) parfaitement sur la table de traitement jour après jour. Afin de faciliter l’alignement, on tatoue généralement environ cinq marques sur le torse du(de la) patient(e) au moment de la planification du traitement. Ces marques sont généralement bleues ou grises, et ont la taille d’une petite tache de rousseur. Pour les patient(e)s qui s’opposent fortement aux tatouages permanents, il existe des solutions non permanentes. Discutez-en au préalable avec votre équipe de soins de santé.

Parmi les effets secondaires immédiats de la radiothérapie du sein, notons les irritations cutanées. Ces irritations peuvent s’apparenter à un coup de soleil, prendre une coloration brun-rouge, et se manifester par une enflure ou une sensibilité des seins. Certain(e)s patient(e)s éprouvent de la fatigue. La plupart des effets secondaires s’aggravent en cours de traitement. Dans les six mois suivant le début de la radiothérapie, les symptômes du poumon radique – une toux parfois accompagnée d’une fièvre – pourraient se manifester. Cette affection est rare, mais il est important d’en reconnaître les symptômes et de savoir qu’il ne s’agit pas d’une bronchite ou d’un rhume. Il est très important de consulter rapidement votre radio-oncologue si ces symptômes apparaissent.

À plus long terme, les effets secondaires de la radiothérapie du sein comprennent une densité accrue du tissu mammaire et une décoloration cutanée. La radiothérapie du sein entraîne un très faible risque de fracture de côte ainsi qu’un risque extrêmement faible (1 cas sur 500) d’apparition d’autres cancers des décennies plus tard. Il existe également un très faible risque de cardiopathie si le cancer est situé dans le sein gauche.

Si une reconstruction est souhaitée, il vaut mieux consulter votre radio-oncologue et votre chirurgien plasticien avant d’avoir recours à la chirurgie de votre choix. Même si cela peut sembler secondaire au traitement du CCIS, vous devez en tenir compte au moment du diagnostic et de la chirurgie. Pour en savoir plus sur les types de reconstruction.

next steps: